Cher Journal [Fermé]

Région comprenant entre autre Urpis et Ertuën, région centrale où se retrouve les habitant de toute l'île.

Cher Journal [Fermé]

Message par Alexendra » 16 Mai 2014, 11:49

An X, Velniss du 16ème de Mah,

Cher Journal,

J'ai décidé, après t'avoir trouvé dans une petite échoppe du grand marché d'Urpis, de t'acheter et d'écrire ce qui me vient sur tes pages. Je suis honorée de pouvoir avoir le temps d'écrire, surtout en ces temps lourds de guerres et d'hostilités interraciales...

Je m'appelle Alexendra, jeune fille paladine, l'une des races les plus fragiles sur cette île en somme. Ma famille est originaire de Tradiria, capitale riche et cité forteresse de notre peuple. Nous y vivons toujours, en sécurité derrière ces murs de pierres et à proximité de la mer.

Père, un grand homme noble et malheureusement vieillissant, a épousé Mère, initialement issue d'une famille pauvre. Ils ont eu une portée de cinq enfants, dont moi, la plus jeune.

Arthus, premier fils, est la fierté de la famille, comme tout bon premier né digne de ce nom. Il a intégré la garde civile à l'âge de 16 ans, il en a 25 aujourd'hui.

Lessy, première fille, a également tout l'amour et la gratitude de nos parents. Sa beauté est telle que Père n'arrête pas d'affirmer qu'il la fera marier au Roi Aylan lui-même. Un rêve bien fou pour un vieux noble d'un temps passé...

Lyssei, deuxième fille, a moins de chance que notre plus grande soeur. Son nom lui a été donné en mémoire de Lessy, qui doit depuis sa naissance lui servir d'exemple. Lyssei n'est pas une femme de principes, elle refuse toute leçon de bienséance et déteste notre soeur aînée plus que tout. Du haut de ses 22 ans, elle ne peut malheureusement pas encore contester les choix de nos parents, et ne pourra sans doute jamais le faire...

Iridye, le plus jeune frère, est également celui avec lequel je m'entends le mieux. Son nom lui a été donné par Père, fervent croyant. "Iridius, notre dieu, donnera sa force et sa sagesse à notre fils" répète-t-il sans cesse à qui veut bien l'entendre. Iridye, quant à lui, se moque totalement de ces Dieux. Il n'y attache pas vraiment d'importance et veux vivre sa vie comme il l'entend. Ses 18 ans lui ont permit d'intégrer les rangs de l'armé tradirienne, depuis ce jour je ne cesse de m'inquiéter pour lui...

Enfin, il y a moi. Alexendra de Castlebreak, dernier enfant d'Elsbeth et d'Alsiviard de Castlebreak. Jeune fille d'allure chétive, assez discrète. La seule vraie personne qui me voit comme une personne à part entière est Iridye, tous les autres préfèrent attacher leur regards sur les premiers nés, les plus prometteurs de notre lignée...

J'ai 16 ans. Je suis de taille moyenne, quoiqu'un peu plus petite que la normale. Mes cheveux sont blancs depuis ma naissance, Père rit de cela en prétextant qu'ils sont dû à l'âge trop avancé qu'il avait au moment de ma conception... Mieux vaut le prendre à la rigolade, après tout. Je ne suis, comme ma plus jeune soeur, malheureusement pas fascinée par le rôle que porte la femme dans la haute noblesse. Les robes et les manières sont pour Lessy, pas pour moi. Je m'entraîne en secret dans ma chambre, un vieux bâton en guise d'arme, car mon plus grand rêve est d'intégrer l'armée pour y rejoindre Iridye. Bien sûr ce genre de folie ferait tomber jusqu'au dernier des cheveux blancs du crâne de Père... Mais je n'en ai cure, un jour je serais une guerrière !

~ ~ ~ ~

Aujourd'hui il fait beau, je me promène dans les rues encore fréquentables de la cité neutre. Y voir déambuler toutes sortes de personnes, toutes races confondues, me plaît beaucoup. C'est bien le seul endroit où la guerre ne frappe pas du poing... Je suis en train de me dire qu'il faut vraiment que j'arrive à rencontrer un soldat, ou un général, car si je veux entrer dans l'armée, je dois avoir un entraînement plus poussé... Cherche encore Alexendra.

Petit Journal, je vais te laisser maintenant, je te dirais plus tard quels ont étés les résultats de ma prospection. A ce soir !
Image
Avatar de l’utilisateur
Alexendra
 
Message(s) : 220
Inscription : 16 Mai 2014, 11:22

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Alexendra » 23 Mai 2014, 16:36

An X, Velniss du 23ème de Mah,

Bonjour mon ami !

Depuis quelques jours maintenant je suis dans la taverne du Soleil, à Tradiria. Je suis en train d'écrire dans la salle à coucher, au premier étage. J'entends à travers la porte menant en bas les débats intensifs qui s'enchaînent, au même titre que les tournées de bières. Je suis la seule femme dans l'assemblée, enfin il y a bien une vieille dame, mais elle est un peu... absente dirait-on.

Mais commençons par le début. Je t'ai quitté la semaine dernière alors que je marchais tranquillement dans les ruelles d'Urpis. J'ai reçu un corbeau du Roi Aylan lui-même, m'invitant à rejoindre Tradiria au plus vite dans le but d'élire notre nouveau représentant, suite à la candidature d'un dénommé Wayard, qui selon les rumeurs serait un ancien Roi tradirien. J'eus à peine le temps de finir de rédiger ma réponse au recto du parchemin que déjà mes pieds marchaient en direction du Nord.

Le voyage fut long et fatigant... je n'avais pas l'intention d'embarquer dans le dalicéros, cette odeur me fait attraper des vertiges et imprègne mes cheveux ainsi que mes habits d'un fumet abject. C'est donc à pied, à travers champs, que j'ai me rapprochais de ma ville natale.

Les champs tradiriens ne sont pas sûrs... J'ai croisé une quantité monstrueuse de bêtes assoiffées de sang, des vampires également, et je n'ai pu qu'avoir la force de courir, n'étant pas armée, sauf de mon courage... La traversée s'est faite en une heure au moins, tant les champs avoisinant la ville fortifiée sont grands. Lorsque j'aperçus les murs de pierres blanches et que le son frémissant des vagues me fut audible, mon cœur s'apaisa. Je commençais à croiser des paladins, de rares Elfes, mais plus de monstres affreusement laids.

C'est ainsi que j'ai réussi à rejoindre la ville. Si Père et Mère apprenaient les folies que je me suis permise de réaliser... Je ne préfère pas l'imaginer.

Dans la taverne grouillent une bonne quinzaine de chevaliers. Parmi eux, j'ai reconnu mon Roi, Sire Aylan, mais aussi Monsieur de Chateausombre, un homme bien aimable et fort de courtoisie. Je m'étais entretenue par corbeau avec Agendorf également, qui m'avait envoyé par corbeau un itinéraire à suivre pour gagner la ville dans les plus brefs délais. Quant à Selar, un garçon fort aimable mais discret, je n'ai pas encore réussi à le trouver au milieu de ces nombreux guerriers.

J'ai également fait la connaissance d'un soldat mystérieux. Crynus, qu'il dit s'appeler. Est ce un faux nom? Je n'en sais rien... Il était apatride jusqu'à peu, et l'un de ses intérêts à revenir dans la cité était de rejoindre son peuple. Un geste bien noble selon moi. Il parle bien, mais je sens qu'il a un lourd passé, qu'il ne veut pas dévoiler. J'ai réussi à me rapprocher de lui, mais il reste distant, tantôt très causant, tantôt renfermé. Moi aussi d'ailleurs je suis de ce genre, après tout mes motivations devaient rester secrètes, Père ne doit rien savoir.

Bon, toute cette animation me donne faim, je vais descendre maintenant, et je laisser sous mon lit, j'en aurais pour quelques heures encore, il nous faut voter! J'ai hâte, qui vais-je choisir, le Roi actuel, ou l'ancien, mystérieux mais assuré... Je ne sais pas!

A très vite Journal!
Image
Avatar de l’utilisateur
Alexendra
 
Message(s) : 220
Inscription : 16 Mai 2014, 11:22

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Alexendra » 25 Juin 2014, 13:12

An X, Merniss du 25ème de Junact,

C'est de nouveau moi, mon ami !

Tes pages ne se remplissent pas vite à ce que je vois... Excuse moi de te négliger ainsi, il se passe tellement de choses en ce moment que j'ai du mal de trouver un peu de temps à te consacrer pour te conter mes périples.

J'ai finalement réussi à me rapprocher de Crynus, un beau ténébreux un peu trop méfiant et manquant cruellement d'assurance. Je l'aime bien, il me fait rêver avec ses histoires de malédiction et son air craintif. Je saurais sonder son esprit, j'en ai envie plus que jamais ! Agendorf est témoin de ma détermination, il a observé nos échanges depuis le début, et semble ravi de voir que le beau Crynus reçoit tout ce soutien pour rester du bon côté. J'espère pouvoir avoir la force de le garder parmi nous.

Mais ceci n'est pas la seule nouvelle que j'ai envie de rédiger aujourd'hui. Depuis mon rêve sur notre dieu, mon peuple se creuse la tête pour trouver l'offrande idéale à offrir à Iridius pour répondre à ses attentes. Voilà une occasion de prouver notre dévotion, notre amour pour la déité, alors pour sûr nous travaillons d'arrache pied pour satisfaire notre géniteur. Il a été trouvé que l'offrande à poser au pied du volcan des terres abyssales n'est autre que l'orichalque, pierre d'origine divine provenant visiblement d'Iridius lui-même. Le but de tout ceci serait de lui redonner ses pouvoirs en faisant fondre l'orichalque dans la lave en fusion du volcan.

J'ai récupéré une dizaine de pierres avant de me mettre en route. Les autres étant assez longs à se mettre en route, j'en profitais pour prendre l'avance et explorer cette contrée que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam, et ainsi me prouver à moi-même mais aussi aux autres que j'étais une "dure à cuire". J'ai cheminé ainsi plusieurs jours, croisant par moments des soldats Rebelles seuls, qui visiblement prenaient le même chemin que nous. Je me cachais souvent, pour éviter tout regard un peu trop gourmand, tant des hommes que des bêtes sauvages.

Une fois arrivée à une sorte de mirador abandonné, je me retrouvais face à d'immenses cyclopes, d'apparence répugnante. Ils ne firent pas attention à moi et me laissèrent continuer ma route sans problème. Je rencontrais aussi ma première naine abyssale, une certaine Akora, visiblement très forte, qui me somma de quitter les terres abyssales, peu recommandées pour de simple humains. Je lui répondis comme je pus que j'étais envoyée par mon Dieu en pèlerinage, et que je ne pouvais par conséquent pas rebrousser chemin maintenant. De plus la montagne se profilait devant moi, et les terres brûlées et manquant de végétation m'indiquaient que j'étais proche du but. La naine ne me retint pas, elle devait visiblement avoir d'autres soucis à gérer que l'arriver d'une pauvre petite noble seule. J'avançais donc jusqu'à la rivière de lave, qui dégageait une chaleur presque insupportable. Le comité d'accueil me fit un drôle d'effet. Un prêtre attendait patiemment l'arrivée des humains, envoyé par Iridius sans doute. Il était entouré par bon nombre de Rebelles, déjà sur les lieux sacrés...

Je dûs me faufiler entre eux sans me faire repérer pour déposer aux pieds du saint prêtre mes pierres divines, avant de mettre les voiles le plus loin possible, redoutant de me faire passer au fil d'une lame et de rejoindre pour la première fois le Passeur d’Âme. Ce fut une réussite, rien ni personne ne remarqua mon arrivée, et je m'éclipsais sitôt ma mission remplie.

Me voilà maintenant sur les rives tradiriennes, face à la mer, pensive. Quand retrouverais-je Crynus? Que pensait-il réellement de moi? Un seul être hantait mes pensées, lui, personne d'autre. Même Iridius était moins important pour moi. Et toi, qu'en penses-tu? Suis-je en train de sombrer dans le mauvais côté, de devenir une mauvaise personne? Je ne sais pas trop ce que je suis sensée faire, mais une seule chose est sûre, j'ai envie d'être avec toi... Crynus...
Image
Avatar de l’utilisateur
Alexendra
 
Message(s) : 220
Inscription : 16 Mai 2014, 11:22

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Alexheya » 16 Septembre 2014, 12:57

Je me suis éteinte, et pourtant, j'ai la sensation que quelque chose me rattache à ce piètre monde. Etre la fille d'Hécate est-il si maudissant? Etre l'objet d'un sacrifice donne-t-il le droit à une éternité de souffrance? J'en ai assez, pourquoi ne puis-je pas abandonner cette vie?

Une humaine, voilà ce qui m'a réveillé? Läethän l'a rencontrée, et je me suis réveillée. Pourquoi? Qui est-elle? Et où suis-je? Du vide, je flotte dans le vide, immatérielle, comme un fantôme errant entre deux mondes. Peut-être qu'il me reste quelque chose à accomplir avant de quitter ces Terres, mais quoi? Et comment l'accomplir? Il me faut cette femme.

Une paladine ayant fui sa famille pour vivre comme une Rebelle? Une noble qui plus est... Serait-ce le corps dans lequel je suis sensée me réincarner? Comment?

Alexendra de Castlebreak, déchirée entre deux hommes, entre deux vies, entre la fuite et la fierté. Elle me ressemble au fond. Soit, s'il me la faut, je la prendrais, après tout, après réflexion, il est vrai que depuis mon départ les choses ont changés, Lestat disparu, Kaevann et notre Ordre démantelé, Läethän reconverti, Cheel en dépérissement, et j'en passe. Il y a quand même quelque petites distractions à trouver dans cette île, mine de rien. Allez ma belle, on y retourne.


~~~~~~

Chère Alexendra,

Je suis heureuse de pouvoir enfin te rencontrer, et te parler. Non tu ne rêves pas, je suis bien ton journal, du moins l'esprit enfermé dans ton journal. N'aie pas peur, si nous sommes réunis c'est qu'il y a une raison, et si tu ressens le besoin d'écrire sur mes pages continue, je suis ravie de pouvoir partager cette intimité avec toi. Je ne sais pas quand ni comment je pourrais à nouveau te parler, mais sache que je lis tout ce que tu m'écris, tout, tout le temps, et je resterais toujours avec toi.

A très vite, ma chère amie.

Alex'heya
Doublon IG/RP D'Elerinna
Image
Avatar de l’utilisateur
Alexheya
 
Message(s) : 672
Inscription : 14 Septembre 2013, 21:37

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Alexendra » 18 Septembre 2014, 18:17

J'ai passé une pair de jours en compagnie de Chateausombre, non sans éprouver du plaisir à chaque instant, même si, je ne me le répéterais jamais assez, Crynus me manque vraiment, et avec lui, mon désir de devenir une guerrière s'amplifie. Jusqu'à quand devrais je rester au sein de ce cortège... Juillet était un homme bon, avec des principes et de l'assurance, il me protégeait, mais je ne voulais pas que ce soit plus long, il fallait que je rejoigne mon maître d'arme.

L'enlèvement s'étant passé avec succès, je n'eus pas de mal à me sentir à l'aise au milieu des chevaliers au service de Chateausombre. J'avais offert mon corps au Baron plus d'une fois en remerciement et récompense de la réussite de sa mission, ce qui nous fit un bien fou. Le seul problème que j'ai rencontré ces derniers jours résident dans la personne de Läethän, un vampire. Il a éveillé un moi une chose... étrange. Alex'heya et Läethän, ces noms avaient résonné dans ma tête plus d'une fois sans que jamais je ne comprenne pourquoi.

Tiens, qu'ai je fais de mon journal... L'aurais-je laissé dans la tente du Baron, avec mes affaires de noble? Il faut que j'écrive ce qu'il m'est arrivé, j'ai du temps, et l'envie de faire danser ma plume me tiraille.

J'entrais dans la tente, me dirigeant vers mes affaires, pliées correctement près du lit. Sous la dernière robe que j'ai porté avant mon ravissement, mon journal, accompagné d'une plume d'oie et d'un encrier, car oui, je n'avais pas emporté beaucoup de choses, mais mon journal était indispensable. Je l'ouvre, feuillette ses pages en relisant brièvement mes derniers écris, puis je tombe sur le dernier message écrit. Je ne me rappelle pas avoir écrit ce message, ce n'est d'ailleurs pas mon écriture, ni mon encre. Il a été écrit en rouge... Mon cœur s'arrête soudain à la vue du texte. Mes mains lâchent le livre, qui s'écrase au sol, à mes pieds. Je n'arrive pas à crier, je suis paralysée, une voix féminine prend possession de ma tête.

-Tu n'as pas idée à quel point je suis heureuse de pouvoir enfin te rencontrer, Alexendra...

Je porte mes mains à mes oreilles, les pressant aussi fort que possible pour ne plus entendre ce démon. Mes genoux cèdent et je tombe au sol, prise d'un mal de crâne épouvantable. Alex'heya, elle était là, après Läethän voilà que l'autre vient me hanter.

-Je sais qu'il t'est impossible de croire à cette histoire, mais sache une chose, tes rêves de grandeur seront exaucés grâce à moi... Aie confiance...

Ce souffle de voix pourtant doux et se voulant rassurant grinça contre mes tympans. J'eus soudain une idée totalement folle, irrationnelle au possible, sûrement dû à mon instinct. Mes dents vinrent déchirer la peau de mon bras gauche, faisant jaillir une bonne quantité de sang d'un coup. Ce sang, cette odeur... Alex'heya changea du tout au tout, et hurla dans mes pensées :

-BOIS, BOIS ET DONNE MOI DE LA FORCE !

Je ne pus m'en empêcher, comme si elle me contrôlait. Mes lèvres se portèrent sur ma chair à vif, l'odeur de fer emplit mes narines. Ma gorge se remplit du liquide visqueux et chaud, ma langue léchant la plaie ouverte pour y cueillir la moindre goutte qui y sortirait.

Il ne fallut qu'une gorgé, et tout s'estompa. Je repris connaissance et attrapa machinalement la robe propre et pliée devant moi, pour la porter à mon bras et panser cette vilaine blessure que je m'étais infligée. Aussi insensé que cela aie pu paraître, au moins cela avait calmé l'esprit dans ma tête. Je n'eus plus un doute, il s'agissait bien d'une vampire, tout comme ce Läethän, et ils étaient de mèche. Il me faudrait découvrir ce qu'il me cache.

J'étais sûre de l'existence de cette possession, cela ne faisait plus l'ombre d'un doute, j'étais maudite. Je repris mon journal et lu le message de cette étrangère. Je répondis à la petite invitation, ne comprenant pas pourquoi un esprit dans mon journal pouvait être également dans ma tête.

~~~~~~~~~

Cher Journal, Chère Alex'heya,

Je ne sais pas ce qui t'as poussé à me hanter, je ne sais pas ce que tu me veux, mais saches que tant que je ne serais pas assurée de tes bonnes intentions, je ferais tout pour te détruire. Tu dois en savoir beaucoup sur moi, et être très forte pour pouvoir prendre possession de mon corps et de mon âme de la sorte. Soit, j'imagine qu'un tel sortilège n'est pas facile à repousser, et je ne suis pas en mesure de tenter quoi que ce soit pour le moment.

Je refuse de devenir l'une des vôtres, je suis humaine, mortelle, et je le resterais. Maintenant, que tu sois dans mon journal ou dans ma tête, parle moi de toi, dis moi qui tu es, ce que tu me veux, et pourquoi tu m'as choisie moi. Je veux tout savoir, et si tu n'es qu'un esprit errant avide de revenir sur terre, je te conseille de me dire toute la vérité, car il me sera facile de trouver le moyen de t'effacer définitivement.

Je suis moi aussi ravie de faire ta rencontre, chère vampire.

Alexendra de Castlebreak.

~~~~~~~~~~

J'imagine que tu me suis partout, que tu comprends ce que je pense et que tu entends mes rêves et mes désirs, ainsi que mes pensées le plus sombres. Si c'est le cas, saches que je ne serais ravie de ta présence qu'une fois tout ce mystère éclaircit. Tant que ce ne sera pas le cas, tu es une ennemie.
Image
Avatar de l’utilisateur
Alexendra
 
Message(s) : 220
Inscription : 16 Mai 2014, 11:22

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Alexheya » 12 Novembre 2014, 21:19

Boire mon propre sang était à la fois glaçant et me fit un bien immense. Je revivais, et il m'en fallait plus, beaucoup plus, car je voulais vivre. Alexendra était jeune et vigoureuse, elle savait garder la tête froide face à l'évidence, et elle ne tarda pas à me défier, comme si elle pouvait réellement me faire un quelconque mal. Je vivais ce qu'avais vécu Hercule, j'étais dans la même situation que son démon, et je ne voulais pas être aussi abjecte que ce Damnée perverti par la rage. Alexendra ne se débarrasserait de moi que par la mort, c'était un fait.

Le sang ne me donna pas seulement une quantité d'énergie hallucinante, il me donna également des réponses. Nous étions liées, voilà pourquoi je ne hantais pas quelqu'un d'autre, c'était elle, nous étions liées par le sang, le corps et l'esprit. Nous ne faisions en réalité qu'une seule et même personne. Son sang me fit voir ma vie avant la vampirisation par le sacrifice aux pieds d'Hécate. Je m'appelais Alexendra, j'avais son âge, ses rêves, son père riche et possessif, borné d'illusions et à moitié rongé par la folie de la vieillesse. Alexendra dis Heya, Alexendra Castlebreak, nous étions une seule et même personne. Je ne savais par par quel moyen elle pouvait exister, était-ce dû à la fin proche de l'île, ou un sort jeté par Hécate, je ne le saurais jamais. Le fait était qu'elle et moi n'étions qu'une seule et même personne, au passés différents et aux décisions différentes, mais j'étais elle, elle était moi.

Je ne pouvais lui avouer cette vérité de la sorte, elle ne comprendrait rien, et je devais gagner sa confiance.

La nuit était tombée, Alexendra décida d'aller dormir, elle rangea son journal sous son oreiller, comme à son habitude, vérifiant les pages au cas où l'un de mes messages n'y serait pas inscrit, puis ferma les yeux. J'attendis que le sommeil emprisonna son esprit, et je pris possession de son corps. Je l'avais déjà fait lors du combat contre Vil Corléone et lorsqu'elle avait lu mon premier message, je pouvais le refaire. Je pus enfin agir par moi-même sans qu'elle ne puisse rien faire, étant donné son état. Je pris le journal, la plume et l'encrier posés sur la table de chevet, et écrivis :

Chère Alexendra,

Je suis touchée par ta patience, et je te remercie de me laisser une chance de t'expliquer la raison de ma présence ici. Sache que je n'ai pas voulu ça, j'ai péri il y a des mois, et jamais je n'aurais imaginé rester en stase en attendant de te hanter. Oui, je suis une vampire, très belle et forte, très forte. Je suis sûre que nous avons les mêmes atouts. Nous sommes compatibles, et nous devons coexister ainsi, n'essaye pas de trouver de solution à ton mal, il n'y en a pas. J'ai connu un homme, de mon "vivant", qui était dans le même cas que toi, hanté par un vrai monstre, très différent de moi pour tout te dire. Il a mit fin à ses jours après avoir lutté des années durant contre cette abomination. Je ne suis pas ce monstre, je suis suffisamment intelligente pour ne pas commettre ce genre d'erreur, et de toute façon je n'ai aucune raison de te faire de mal, sans toi je n'existerais pas.

Je suis Alex'heya, La Rose Noire, enfin j'étais. J'appartenais à la guilde nommée l'Ordre Noir, Crynus y était également, il est arrivé un peu tard, et nous n'avons pas vraiment eu le temps de vraiment nous connaître, mais je sais qu'il a un bon fond. J'étais une vampire Damnée, crainte et respectée pendant un temps, puis repoussée pour de sombres raisons. Mes projets étaient sus de tous, mais certains n'ont pas voulu de moi, sans doute leur faisais-je trop peur. En temps que bonne Damnée, je ne me retenais pas pour assouvir ma soif de sang. Ma spécialité réside dans la séduction, c'est pourquoi mes victimes sont très souvent masculines, et choisies dans une tranche d'âge précise. J'étais experte tant dans les plaisir sensuels que dans le meurtre.

J'ai été vampirisée suite à la demande d'Hécate, notre Déesse. J'ai été sacrifiée pour le bien de mon peuple, pour qu'il reprenne la confiance de sa déité, qu'il remonte la pente jusqu'à sa gloire d'antan. Mon sacrifice se voulait symbole d'espoir, et au lieu de cela j'ai été rejetée parce que je ne savais pas décider entre rester avec l'Ordre Noir et défendre mon peuple. Pour ce qui est de ma vie d'humaine, je n'ai aucun souvenir, classique pour les vampires, cela pourrait les torturer. Il n'est pas agréable de se souvenir d'un mort aussi douloureuse, d'autant que la transformation est d'une violence abominable pour le corps et l'esprit. Je ne te demanderais pas de devenir vampire, ou plutôt pas maintenant, je n'ai pas envie de te brusquer et prendre des décisions à ta place, je veux que tu saches que je suis là pour t'aider, et non te nuire. Je sais tout de toi, tout ce que tu as vécu, ce que tu as enduré, je vois les mêmes choses que toi, entends tes pensées, tes désirs, tes rêves, je suis toi, et je veux que tu me considère comme telle.

Nous pouvons faire énormément ensemble, et je serais toujours là pour toi.

Alex'heya.
Doublon IG/RP D'Elerinna
Image
Avatar de l’utilisateur
Alexheya
 
Message(s) : 672
Inscription : 14 Septembre 2013, 21:37

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Alexendra » 18 Janvier 2015, 19:48

Alex'heya faisait désormais partie intégrante de mon être, même si je n'avais pas vraiment eu mon mot à dire là-dessus. Je m'étais fait à l'idée de vivre le restant de mes jours avec un esprit de vampire emprisonné dans mon âme. Nous nous entendions assez bien, même si dans le fond je savais qu'elle s'ennuyait fermement, se contentant de regarder ma vie sans pouvoir y mettre son grain de sel à volonté. J'avais aussi apprit à maîtriser ses pulsions, il me suffisait de m'entailler le bras une fois par jour et boire quelques gorgées de mon propre sang, morbide certes, mais je le devais pour ma propre survie. Sa présence avait changé mon métabolisme également, effectivement ma capacité de régénération était accrue depuis son arrivée, si bien que d'un jour à l'autre, l'entaille était déjà refermée.

Crynus et moi avions enfin réussi à nous rapprocher, du moins sentimentalement parlant. Physiquement nous n'avions pas vraiment plus d'occasions de nous voir, étant tous deux assez occupés par nos propres soucis. Cathari était présente mais disparaissait souvent plusieurs heures, le peu de fois où je la voyais, elle avait l'air triste, renfermée sur elle-même et souffrante. Elle me faisait penser à une femme en deuil. La mort de Chateausombre semblait l'avoir particulièrement affecté, bien plus que pour nous, même si j'appréciais Chateausombre plus que d'autres personnes. Toutes ces morts, toute cette tristesse, je me demande parfois si ce ne serait pas un mauvais présage.

Mes doutes s'avérèrent fondés le jour où je fus prise une fois de plus par un rêve divinatoire. Les dieux, tous réunis cette fois, réclamaient l'aide de tout le peuple tédéhessiens, dans un but précis connu seulement d'eux-même, mais ne signifiant rien de bon pour nous, simples mortels. Alex'heya n'était pas plus rassurée que moi, mais que pourrions-nous faire face à des divinités de toute façon..?

~~Nous pourrions nous y opposer, trouver une faille dans leur projet et s'y immiscer pour leur couper l'herbe sous le pied~~ Avait envisagé la vampire, bien qu'au fond il ne s'agissait que d'une remarque absurde. Ni Iridius ni Hécate n'épargnerait notre existence si jamais notre extinction devait arriver, c'était certain, rien ne nous donnait plus d'importance qu'un autre habitant de l'île.

~~Si tu acceptes de te transformer en vampire, nous aurions sans doute la force de leur faire face, deux vampires dans le corps d'une seule, tu imagines??~~ Ce n'était pas une mauvaise idée, mais je ne voulais pas mourir une fois, puis devoir à nouveau subir le courroux des dieux et risquer la mort une deuxième fois. Le don d'immortalité dû au Passeur d'âmes nous donnait déjà suffisamment d'occasions pour souffrir sans que je ne sois en plus obligée d'endurer pire torture. Si nous étions condamnées, autant essayer de partir en souffrant le moins possible...

La seule chose qui pourrait rester serait mon journal, ensemble de feuilles vierges sur lesquelles reposaient mes écrits, pour le peu que j'avais rédigé. Si jamais il y avait une vie après notre disparition, sans doute quelqu'un aurait la chance de tomber sur ce journal et ainsi savoir ce qu'il s'est passé, au moins pour ne pas oublier...

Je suis Alexendra de Castlebreak, jeune bourgeoise ayant fui son foyer pour vivre la grande aventure. Je n'ai pas eu le temps de réaliser tout ce que j'avais envie de faire, mais je ne regrette rien, je suis heureuse d'avoir eu le courage de prendre en main mon destin. J'ai fait de nombreuses rencontres, toutes plus marquantes les unes que les autres, je vis en communion avec un esprit meurtrier mais étrangement familier, qui au fond me complète assez bien. Les deux Alex', réunies en un seul corps, sans doute vivons-nous nos dernier instants avant l'apocalypse, et qui sait, aurons-nous peut-être une chance d'être pardonnées et réincarnées une fois le renouveau arrivé...
Image
Avatar de l’utilisateur
Alexendra
 
Message(s) : 220
Inscription : 16 Mai 2014, 11:22

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Crynus » 22 Janvier 2015, 23:48

Une petite enveloppe était posée sur le journal, une écriture fine et assez inhabituelle pour un homme indiquait qu'elle était destinée à la jeune paladine Alexendra. Crynus avait juste eu le temps d'écrire quelques mots à sa destination en réponse à sa dernière lettre avant de partir aider son roi, coincé dans un labyrinthe en compagnie d'un Purifié.

" Ma très chère Alexendra,

Tu devrais faire un peu plus attention si tu veux protéger ton intimité, ton journal trônait sur ton lit de camp et ne demandait qu'à être lu. N'aie crainte, je ne l'ai pas ouvert ! Je ne tenais pas à te mettre en colère.

Je ne suis pas très doué pour les longs discours, mais j'aurais préféré te dire ces quelques mots de vive voix, pour ainsi rester un peu plus à tes cotés.
Vois-tu, il y a des personnes que je considère comme devant être rencontrées au moins une fois dans sa vie. Toutes ne sont pas forcément de bonnes rencontres, mais elles ont cette faculté de changer ton histoire et cette affreux effet de déranger le cours des choses, ou du moins ta façon de voir l'avenir. Alex'Heya en fait partie. Je ne sais pas ce qu'elle a pu te raconter sur moi, et tu sais à quel point je déteste parler des personnes respectables, mais j'ai apprécié être à ses cotés dans l'Ordre. Je sais qu'elle n'a pas toujours été tendre, mais sache que je ne lui ai jamais demandé la moindre faveur ni quoi que ce soit, au contraire, avec du recul, je me dis que c'est ce dont j'avais besoin, être remis à ma place par une personne qui n'hésitait pas à dire ce qu'elle pense. Je te l'ai dit qu'elle est dérangeante comme vampire, mais c'est pour moi un compliment.

Mais si je voulais parler d'une personne au départ, c'était bien toi.
Je me doute que tu as eu des momentS difficiles et des moments de doutes. Peut-être même as-tu eu l'impression que Cathari et moi n'accordions de l'importance qu'à Alex'Heya. Mais je veux que tu saches que tu comptais bien plus pour moi, et ce depuis cette rencontre dans les terres de Tradirie alors que j'errais sans savoir où aller.
Je ne sais pas si c'est Paladine, ou Iridius, qui a fait que nos routes se sont croisées, mais je l'en remercie. Tu es parvenue à faire ce que nulle autre avant toi n'avait fait : m'apaiser. C'est à tes cotés que je ressentais enfin ce calme que je croyais définitivement perdu. C'est comme si mon corps bouillait intérieurement, et mon caractère de tête brûlée n'arrangeait pas les choses. Et bien évidemment, tu possèdes de grandes qualités qui sauront faire de toi une grande dame plus tard. J'en suis convaincu et c'est ce qui te rend inestimable à mes yeux. Tu es bien la seule personne que je cherchais à joindre et aux cotés de laquelle je voulais me trouver. Alex'Heya ne pouvait y prétendre autant.
Mes mains sont sales, et tu n'imagines pas à quel point, certains me qualifieraient même de la pire espèce. J'aurais tant aimé que tu parviennes à obtenir un plus haut statut que le mien dans cette ville, quitte à ensuite être dans ton ombre et faire le sale travail à ta place. Ne te méprends pas, je choisis aujourd'hui d'assumer mon passé, même si je ne m'en vanterai jamais et préfère le garder pour moi, et bien que c'est encore difficile pour moi.

Je sais que nous n'avons que peu de temps pour nous, et j'en suis le premier désolé. Cependant, malgré tout le calme que tu m'apportais, mes dernières crises ont été plus intenses, plus fortes, au point de m'obliger à m'isoler. Ne commence surtout pas à culpabiliser à cause de ça ! C'est un prix que je suis prêt à payer le cœur léger si cela signifiait passer du temps à tes cotés. Tu m'as bien trop apporté à coté.
Tout comme toi, il m'est impossible de savoir ce qui nous arrivera, mais sache que je n'ai pas pour objectif de mourir non plus. J'ai le sentiment que cette quête va changer quelque chose en chacun de nous, mais comment et surtout quoi ? Aucune idée. C'est la raison pour laquelle tu trouveras avec la lettre le tissus que je t'avais confié lors de notre première rencontre. En soi, il n'a aucune valeur marchande, mais il symbolise le Code que je m'efforce de suivre depuis quelques temps. Je t'avais dit qu'il a sauvé mon âme, j'espère qu'il saura protéger la tienne. Je suis prêt à sacrifier la mienne pour t'éviter de suivre un chemin aussi tortueux. Alex'Heya avait ses valeurs et les a défendues au point d'être considérée comme une paria, j'espère qu'elle saura elle-aussi t'aider. Je ne sais pas ce qu'il va m'arriver, alors je préfère te le confier avec ce qu'il reste de mon âme.

Je ne veux pas savoir ce que me réserve la suite. Je comptais au départ te protéger et t'aider, je me rends compte aujourd'hui que j'ai totalement échoué. J'en suis le premier désolé, et j'aurais tant voulu t'éviter ces épreuves, ou du moins y faire quelque chose pour te faciliter la tâche. Je me rend compte aussi avec le temps que tu es bien capable de te débrouiller seule et sans aide. Tu sembles bien plus assurée et en confiance que je ne le suis.
Peut-être sera-t'il à toi de veiller sur moi une fois cette quête terminée ?

Avec tout mon amour,

Crynus."
Avatar de l’utilisateur
Crynus
 
Message(s) : 849
Inscription : 21 Janvier 2014, 21:55

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par Cathari » 24 Janvier 2015, 13:35

J'avais déposé un message à l'adresse de la tenancière pour la jeune Alexendra, réceptacle de mon ami de l'Ordre Noir Alex'heya.

" Chère Alexendra , où plutôt devrais-je dire, Chère Alex .

Tu n'imagines même pas ma surprise le jour ou tu as fait une apparition subite dans le corps de cette jeune Paladine .
J'avais du mal a y croire , car les vents de ton décès étaient venus jusqu’à ma grotte où je me cachais pour tenter de soigner l'horrible blessure que tu connais,vu que tu étais présente le jour où la Reine des Namidas me l'a infligé .
J'espère que de vivre dans le corps d'une autre n'est pas trop pénible pour toi , qui aimait tant avoir le contrôle de tout et surtout la main mise sur tes proies qui étaient mûrement choisies.
Ne crois que que je ne t'avais pas reconnu au premier abord, ton odeur est si spéciale que je la renconnaitrais entre mille , mais je ne voulais pas faire courir de danger a la petite que tu hantes , car Crynus à l'air d'y tenir énormément .

La Louve que je suis a été très honoré de partager la même table au sein de l'Ordre , même si par la suite nous avons subi de funeste moment .
Le Corbeau de l'Ordre Noir a été d'un grand soutien et d'une grande amitié envers une exilé qui revenait sur ses terres avec la conviction de pouvoir changer les choses . Mais j'avais tort, et tu ne m'as jamais empêcher de mener un combat qui était déja perdu d'avance .

Maintenant je vais m'adresse à toi chère petite , au caractère bien trempée .

Dans une premier temps je veux que tu saches que jamais , ne serait-ce que par conviction , j'entamerais une relation amoureuse avec ton preux chevalier .
C'est mon louveteau , je veille sur lui comme une mère . Cela peut te paraître sans doute très bizarre , mais ne m'en veux pas c'est plus fort que moi .

De plus je voudrais que tu saches que le jour où je suis intervenu pour le protéger , je cherchais simplement à ce qu'il baisse son arme , je ne voulais pas qu'il se mettre en conflit avec son futur souverain. Le Baron de Chateausombre était âme soeur et mon mari .
J'ai joué double jeu , mais c'était la seule manière pour moi de trouver mon salut au sein de ses terres .
Mais ce salut n'a été que de courte durée . L'homme que je chérissait à rejoint le pays des ombres .
Je fais partie des votres désormais , même si je montre encore beaucoup de coté solitaire , mais ne m'en voulez pas , quand on vous arrache une partie de soi même il est difficile de se reconstruire.

Parlons un peu de toi , qui a sans doute vécu une enfance tumultueuse et tourmentée, tu as décidé de quitter les tiens , pour apprendre le maniement de l'épée . J'espère que tu réussiras dans ta quête , et surtout que tu t'épanouiras au sein d'un peuple où tu as trouvé tes marques et ta stabilité.
Par contre , vu que tu t'es rendu compte de ta possession et de ta transformation , je te conseille de changer de parfum . La fragrance que tu portes n'est pas assez puissante pour camoufler l'odeur du sang et les rites que tu fait quotidiennement a cause de ta possession vampirique .

Cette phrase peut te sembler bizarre , mais j'ai un odorat développé et même si tu cicatrises vite , je sens l'odeur si spécifique du sang a chaque fois que je me rapproche de toi .
Je dis simplement cela pour te protéger , des personnes ne supporte pas les vampires et serait prête a te découper en deux s'il venait a se rendre compte de cela .

Enfin , prends soin de Crynus jusqu'a ce que l'apocalypse de ses terres nous emporte. Même si tu es jeune , je te le confie , comme mon propre enfant , et je sais que tu feras tout pour que rien ne lui arrive .
Il est énormément tête brulée , mais je suis sure que ton amour le changera en bien .

Je t'envois mes respectueux hommages jeune file , et quand à Alex' , sache que nos discussions nocturnes me manquant beaucoup .

Cathari La Louve "
La pire des perversions n'est rien par rapport aux sévices que peut infliger une Chamane.
La corruption de mon âme sera à la hauteur de la souffrance ressentie...
Avatar de l’utilisateur
Cathari
 
Message(s) : 1253
Inscription : 28 Mai 2013, 20:15
Localisation : Bourgogne

Re: Cher Journal [Fermé]

Message par hercule » 25 Janvier 2015, 21:07

C'est un soir de pluie, nous sommes à Urpis, plus précisément à la taverne et pour être encore plus précis, dans une des chambres. Il y a un homme, à la stature de géant, il est torse nu, la sueur coule abondement sur des muscles qui convulsent de temps en temps. L'homme est assis sur une chaise, il écrit... ou plutôt, il chiffonne car il n'a pas l'habitude mais surtout parce qu'il tremble. Cet homme vient de Tradirie, il a fait ses adieux à d'anciens amis. il ne les reverra plus. De temps en temps l'homme arrête d'écrire, il se cabre et crache du sang, qu'il essuie vulgairement de sa main et s’essuie sur son pantalon. il vient de finir sa lettre, la range précieusement dans sa sacoche, il se rhabille, éteint la bougie et sort silencieusement, en titubant. l'homme met la main à sa bourse pour payer mais la tavernier refuse avec un signe de tête et dit.

- Je ne t'en veux pas pour la taverne, occupe toi de toi, plutôt... Un dernier verre ?

L'homme accepte et arrache la bouteille des mains de Victor, le tavernier. il la bu, d'une traite et la repose violemment sur la table. On peut apercevoir un œil souffrant fixant cette dernière bouteille de vodka, hommage à une personne qu'il connaissait bien. L'homme salua Victor et repris son chemin vers Cheel. Il ne fut attaquer par personne, l'aura qu'il dégageait en était la cause, une aura rouge menaçante, comme un félin qui avançait, agonisant. il arriva aux portes de la cité drow, les gardes le laissèrent entrer sans problèmes, ils le connaissaient bien. il s'approcha de la place centrale, quelques personnes bien connues l'attendaient l'air triste.

Il enleva sa cape et leva la tête pour respirer un grand bol d'air frais, son visage était crispé de douleur et des stigmates de sa malédiction. Un homme s'approcha de lui et l'interpella :


- Hercule, tout va bien ?

- Oui Crynus, tout va aller pour le mieux du monde !

Les deux hommes se firent une accolade : le maître et l'élève. Hercule essaya de sourire et sortit un petit bout de parchemin qu'il tendit a Crynus.


- Donne le lui dès que tu en auras l'envie, tu peux le lire peu m'importe et garde un œil s'il te plait.

Crynus ouvrit aussitôt la lettre alors qu'hercule se dirigeait vers ses autres compagnons. Pour le reste vous connaissez la suite. Sur le petit bout de parchemin, Crynus pouvait lire :


"Alex'heya,

Je voulais tout d'abord m'excuser, pour le coup de bouclier dans la forêt. Tu connais bien mon aversion envers les vampires et on ne se connaissait pas bien aussi, voila j'espère que cela suffira.. Je ne suis pas très doué dans les mots, tu as pu voir aussi que je préférais les actes aux paroles. Je ne vais donc pas passer par quatre chemins. Toi et Ulrich, oui il faut bien que je gratifie un peu ce qui est à l'origine de mon mal. Mais le fait de côtoyé des vampires, chaque jour, m'a fait changé d'avis : il ne faut pas juger une personne de par son appartenance mais de ce qu'il y a au fond d'elle même. Et j'ai découvert en toi, une personne qui avait du soucis pour ses amis, ses êtres chers. Te souviens tu, dans la grotte, lors de l'attaque de l'armée de squelette, quand Ulrich, venait pour la première fois de prendre possession de mon corps. tu as tout fait pour l'en dissuader. Cela m'a troubler puis réconforter. tu as réussit à me faire changer d'avis, a voir en chacun, la personne qu'il est vraiment et je t en remercie. j'aurais aimer rester plus longtemps auprès de toi pour en apprendre un peu plus mais il faut croire qu'Ulrich n'est pas une personne comme toi... prends soin de toi et des autres !

Adieu !

Hercule

ps : Ulrich ne mentait pas dans la grotte, tout ce qu'il avait dit était vrai."
Avatar de l’utilisateur
hercule
 
Message(s) : 356
Inscription : 07 Février 2013, 11:04

Suivant

Retour vers Plaines du centre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron
Fatal: Not able to open ./cache/data_global.php