Genèse générale

Genèse générale
-L'Aube des Temps- LEveil Des Quatre- La Discorde- La Conception des Teres Divines- LAvènement des Races- Les Deux Lunes- L'Exode-



- Préface : l'Aube des Temps -
Au commencement, il ny avait que lEtre Suprême, qui avait tout pouvoir et toute puissance.
Seul dans limmensité et maître dun Tout sans espace, sans temps ni couleur, Il conut une idée.
Par Sa pensée, Il se mit à faonner un monde harmonieux, baigné de Sa divine puissance. Lentement, Sa création se mit en mouvement, tel un manège aux milles merveilles, et Il vit ce quil y manquait.
Il voulut un peuple à son image pour insuffler la vie sur sa création. Ainsi furent éveillés les Gaïens, avant d'être à jamais engloutis dans le chaos pour leurs fautes.

- Retour au sommaire -



- Chapitre 1 : L'Eveil des Quatre -
Abattu par cet échec, L'Etre Suprême décida de créer à partir de son propre corps et de son esprit quatre entités, qui, ensemble égaleraient sa puissance.Et Les Quatre virent le jour.

Le premier fût Iridius. Etre de grande taille, laîné de ses enfants se révéla le plus droit et le plus calme. Seule son envahissante autorité et linflexibilité de sa conception du Juste troublaient la perfection de son être.
Le second fut Gorahn. De plus petite taille, le cadet développa rapidement un goût pour la manipulation de la matière. Robuste, lartisan le plus appliqué des enfants de lEtre Suprême, développa aussi une méfiance particulièrement tenace vis-à-vis de ses frères et surs et savéra le plus solitaire des quatre.
Puis, vint Sorad, le plus raffiné. Particulièrement sensible aux flux secrets de la magie, il savéra pourtant dune fierté et dun orgueil sans égal, face à ses frères et soeurs.
Enfin, lEtre Suprême conu Hécate. La sur des trois premières entités, qui semblait la plus équilibrée, à la fois gracieuse et forte, discrète et intelligente, développa néanmoins une profonde jalousie, née de la fierté de ses aînés et de leur dédain pour elle qui lui instilla une ambition et un machiavélisme particulier.

- Retour au sommaire -



- Chapitre 2 : La Discorde -
Longtemps, Iridius, le plus gé de tous avait imposé son autorité à ses frères et surs, mais ceux-ci ne la supportèrent plus et les quatre entrèrent en conflit.
Toutefois, ils finirent par conclure un accord pour arbitrer leurs différents. Les Quatre se mesureraient au cours dune longue partie, et celui des qui lemporterait serait reconnu comme supérieur par ses frères et surs. La partie opposerait des créatures de chacun des frères et surs.
Pour plateau de jeu, les entités, devenues Dieux créateurs, résolurent de créer un nouveau monde. Mais seul lEtre Suprême avait le pouvoir de créer assez de matière pour cela. LEtre Suprême, ou ses quatre enfants réunis. Ainsi furent crées les Terres Divines.

- Retour au sommaire -



- Chapitre 3 : La Conception des Terres Divines -
Chacun voulant montrer sa supériorité, ils apportèrent les éléments qui créèrent un véritable monde et il fut convenu que la partie se déroulerait sur un immense continent qui fut partagé en quatre parties égales. Ensemble, les dieux travaillèrent à faonner le temps et ses cycles, ils définirent ce qui devait devenir les lois de la nature et faonnèrent les éléments.

Les règles ainsi posées, les Dieux se consacrèrent chacun à leurs territoires:
Gorahn, le plus habile à manipuler la matière, faonna tout autour de ses terres une haute chaîne de montagne, qui devait abriter ses créations.
Iridius, sûr de sa supériorité, choisi de faonner dimmenses plaines verdoyantes et fertiles qui promettraient la prospérité à ses créations.
Sorad, qui manipulait mieux que tous les matières végétales, créa une terre luxuriante et paisible, à la fois complexe et ordonnée, dune beauté éblouissante.
Hécate enfin, créa une terre protégée par de puissantes barrières naturelles, belle et fertile. celle-ci semblait la plus équilibrée, bien que moins parfaite dans chaque domaine que celles de ses frères, ses terres assuraient à ses créations des chances au moins égales à celles de ses frères.

Mais, trop avide de montrer à ses frères sa supériorité, elle commis lerreur de vouloir tromper ses frères et tenta d'agrandir son royaume, mais la supercherie d'Hécate fut découverte, et la dernière née fut punie pour sa faute: ses terres furent flétries à jamais.

- Retour au sommaire -



- Chapitre 4 : L'Avènement des Races -
Vint ensuite le temps de créer des êtres vivants qui seraient les pions de la féroce partie qui sannonait entre les Dieux, et chacun s'activa à concevoir son peuple.
Mais la création de la vie requiert un pouvoir immense et seul Sorad parvint à articuler la vie dans la matière, mais celle-ci était très imparfaite et ne pouvait ni se mouvoir, ni, semble-t-il se reproduire. La première création douée de vie fut donc abandonnée et les frères et surs comprirent donc quil leur faudrait, unir encore leurs forces pour créer une vie consciente et équilibrée à même de se démultiplier et de s'affronter.
Ainsi fut fait et ainsi virent le jour les races. Mais chacun tenta de désavantager lautre et de doter ses propres créations du plus de talents et de la plus grande puissance.

- Retour au sommaire -



- Chapitre 5 : Les Deux Lunes -
Si les dieux ont faonné le monde par leur volonté directe, ils l'ont aussi profondément marqué de leur essence. Ainsi, celui-ci a-t-il tendance à se faire le miroir de ses créateurs sans que ceux ci n'interviennent, à se transformer seul, du fait de cette essence particulière, dans un mouvement irrésistible.
C'est ainsi, qu'alors que les races virent le jour, un phénomène inattendu se produisit. Les dieux avaient placé un soleil et une lune dans un système autour de leur monde pour qu'il soit éclairé. Une nuit, la lune unique éclata subitement, et après cent nuit de ténèbres, forma deux masses distinctes dans le ciel. Les dieux ne comprirent pas et chacun suspecta l'autre d'être à l'origine du phénomène.
Pourtant, ils oublièrent vite cet événement car, à la division de la lune, succéda une période trouble pour les peuples, et des oppositions internes apparurent simultanément dans chacune des races. Pour des motifs différents, ayant des origines distinctes, les races se séparèrent, sans que les dieux ne parviennent à rétablir l'ordre. Le seul point commun unissant toutes ces séparations fut que chacun des deux peuples parla de "l'influence" d'une des deux lunes et se mit à agir différemment. Alors qu'une partie se passionna pour l'idée de servir son dieu en répandant le bien et la justice, les autres agirent violemment, soutenant que le service de leur créateur impliquait que la sang coule et que les faibles soient éliminés.
Les dieux ne comprirent qu'après-coup le lien entre la division de la lune et la scission des races. Les peuples ont nommé l'une d'elle Linua et c'est celle qu'affectionnent les défenseurs de la justice, ils ont nommé l'autre Fibus, qui a est le symbole de ceux qui ne voient d'issue que dans le sang et la guerre. Certains sages disent aujourd'hui que les lunes sont nées de la dualité des dieux qui sont eux-mêmes partagés entre "bien et mal", entre désir de justice et désir de pouvoir, entre désir de construction et de destruction.

- Retour au sommaire -



- Chapitre 6 : L'Exode -
Peu à peu les peuples progressèrent, chacun à leur faon, et purent découvrir de nouvelles îles autour de la Tédéhessie, puis de nouveaux continents. A bord de fiers galions, les humains découvrirent le continent ouest et y installèrent des colonies qui devinrent vite prospères. Les vampires ne tardèrent pas à suivre le mouvement à bord des galères noires, ces vaisseaux mus par des esclaves. Ils s'installèrent sur le même continent, plus au nord, mais jamais très loin des colonies qui leur fournissaient un approvisionnement constant.
Les nains a prirent également part aux découvertes grce à de fantastiques zeppelins et découvrirent les archipels du Nord, riche en minéraux nouveaux.
Les elfes, eux, s'enfoncèrent dans les îles du Sud, et la végétation luxuriante qu'ils y trouvèrent leur parut digne de Sorad.
Cependant les expéditions vers l'Est furent toutes vouées à l'échec, ne laissant aucun survivant aux expéditions menées.

Les huit peuples se rendirent vite compte que les terres éloignées de la Tédéhessie échappaient au contrôle des Dieux, trop occupés à mener leur jeu sur la Terre Divine. C'était l'occasion de s'émanciper.
L'Exode commena, vidant peu à peu les villes surpeuplées de Tédéhessie. En quelques siècles, les glorieuses villes furent vidées au profit des colonies devenues de florissantes citées. La Tédéhessie n'était plus que l'ombre de la Création divine.
Les Dieux, courroucés par ce tour du Destin, ne purent se résoudre à détruire leur création et se mirent d'accord pour déclencher leur fureur envers tout vaisseau partant de l'île. Gorhan poussa les autres terres si loin que jamais ne puissent les voir depuis la Tédéhessie, Sorad donna la vie a des êtres qui ferait peur aux marins, Hécate jeta une poigné de sel dans l'eau afin de provoquer d'immenses tempêtes et Iridius rendit les manifestations des autres dieux instables afin que jamais il ne puissent s'habituer a la navigation. Isolée, l'île resterait à jamais leur. Ainsi pris fin l'Exode.

C'est symboliquement, que l'An 0 fut proclamé à cette date. Il marque la fin de l'Exode mais aussi le repeuplement de l'île. Mieux vaut être un pion des Quatre plutôt que le souvenir d'un peuple oublié et anéanti par les Dieux.

- Retour au sommaire -